Fédération de la Nièvre

Fédération de la Nièvre
Accueil
 

Hastag #pcf sur Twitter

le 10 juillet 2012

     
     
     

    Vœux de la Fédération du PCF : « Engageons la contre-offensive à gauche pour gagner le changement » 

    Malgré la neige qui a freiné la venue de participants du département, François Diot et les responsables nivernais du PCF ont reçu militants, lecteurs des Nouvelles, partenaires du Front de Gauche (des représentants du Parti de Gauche et un représentant de la Gauche Unitaire étaient présents, de même que plusieurs responsables syndicaux), pour un moment qui fut particulièrement fraternel et convivial.

     

    Avant de se retrouver autour du verre de l’amitié, le secrétaire départemental de la Fédération, remerciant ceux qui ont préparé le buffet, invita chacun à découvrir la dernière vidéo pédagogique du PCF sur la Santé, (on la retrouve facilement sur le site du PCF), où chacun peut constater en une démonstration simple « comment, en matière de Santé, passer tout simplement… des vœux à la réalité. »

     

     

     

    Pour 2013, « soyons clairs : il va falloir que les citoyens qui ont voulu le changement, que le monde du travail, que le peuple de gauche, s'en mêlent à grande échelle. Sans cette intervention massive pour obtenir le changement de cap nécessaire, la politique actuelle du gouvernement est en train de mener le pays à la déception, à la démobilisation et à l'échec.

    Comment ne pas être inquiets quand, en à peine 8 mois, la gauche au pouvoir en arrive à provoquer une telle déception, une telle défiance au point qu’un sondage paru récemment montre que François Hollande est aujourd’hui jugé « moins efficace » que Nicolas Sarkozy ?

     

    Soyons clairs, et répétons-le encore : notre seule boussole, c’est la réussite du changement

     

    Nos parlementaires à l’Assemblée et au Sénat soutiennent et votent tous les projets de loi qui vont dans le bon sens. La question n’est donc pas « majorité ou opposition ? » mais plutôt « comment aider, et comment forcer s’il le faut, le gouvernement à rester fidèle aux exigences de réel changement qui l’ont porté au pouvoir ? »

     

    La droite, l’extrême-droite et le MEDEF n’ont jamais accepté leur défaite de l’an dernier. Et ils se battent. Comment leur en vouloir ? Et ils marquent des points (...) Pour notre part, nous avons décidé de relever le gant, de relever le défi de cette bataille idéologique. S’il faut baisser un coût, ce n’est pas le coût du travail, mais celui du capital.  S’il faut réorienter l’Europe, c’est vers plus de coopération, de services publics !

     

    Nous allons, comme nous l’avons toujours fait, nous battre sur tous les sujets. Car nous avons les bras chargés de propositions, chargés de solutions concrètes pour sortir de la crise.

     

    Pour la sécurisation de l'emploi et des contrats de travail ; pour la relance des services publics de santé, de logement et d'éducation ; pour la production industrielle et la transition énergétique ; pour la mobilisation publique du secteur bancaire et financier ; pour la justice fiscale, les salaires et les retraites ; pour les nouveaux droits des salariés ; pour l’amnistie des syndicalistes injustement condamnés sous le mandat de Nicolas Sarkozy ; pour les grandes réformes du mariage pour tous, sur lequel nous exhortons le gouvernement à ne pas reculer ; pour le droit de vote des étrangers aux élections locales, et ce dès 2014 il en est encore temps.

     

    Cette campagne sur « l’alternative à l’austérité », nous la déclinerons concrètement dans notre département de la Nièvre, à partir des dossiers locaux et de nos batailles départementales, pour que la VFCEA soit en priorité n°1 sur le Schéma National des Infrastructures de Transports, qui doit être révisé en juin.

     

    Je pense également à la défense de nos services publics, notamment nos hôpitaux, nos bureaux de Poste, nos dessertes ferroviaires et en particulier à l’arrêt à Nevers du train Paris-Clermont de 18 heures. Je pense également à notre industrie automobile. Je pense également aux projets d’exploitation de la biomasse du bois, et à ce sujet nous reformulons notre demande d’un débat démocratique, transparent, sérieux et constructif autour du projet de Sardy-lès-Epiry.

    Je pense encore à l’exploitation propre du charbon de Lucenay-Cossaye (...) Oui, on a perdu bien assez de temps dans la Nièvre, où nos richesses locales permettraient à la fois de concourir à une plus grande indépendance énergétique du pays ; de créer des centaines d’emplois stables et qualifiés ; et de mettre au point des techniques d’avenir comme le captage et le stockage du CO2, indispensables à la lutte contre le réchauffement climatique planétaire ! Je pense enfin à la défense de notre démocratie locale. »

     

    Il aborde les municipales : « Ces élections de 2014 seront une étape essentielle dans la vie de notre pays. Nous voulons, pour cela, conserver et renforcer les gestions progressistes des villes en nous appuyant sur les bilans souvent positifs des majorités municipales de gauche. » La droite et son extrême rêvent de conquête et de gain de positions. « Il faut y faire barrage. Nous nous adressons, dès maintenant, aux populations et à toutes les forces de gauche et écologistes. Saisissons cette occasion pour faire de chaque commune un indispensable rempart face à la crise et à l’austérité, rassemblons-nous largement à gauche sur des projets de ville en faveur des services publics et de nouvelles avancées de démocratie locale. Nous sommes, pour notre part, déterminés à tout faire pour élire, partout où c’est possible, le maximum d’élus communistes et du Front de Gauche. »

     

    Il conclut sur le PCF, « en pleine préparation de son 36ème Congrès. Cela ne fait certes pas la Une des journaux télévisés. Et pour cause : loin d’être une bataille des chefs, un Congrès au Parti Communiste c’est un immense travail de réflexion, d’échanges, de débats d’orientation sur la politique que nous proposons, pour le pays, pour les trois années à venir. Peu de chance que vous ayez entendu parler, dans les journaux télévisés, de nos analyses sur l’éclatement du salariat, l’approfondissement de la crise du système capitaliste et les moyens d’engager la révolution citoyenne !

    Plusieurs dizaines de nivernaises et nivernais ont rejoint le Parti Communiste l’année dernière. J’en vois beaucoup qui nous ont fait l’amitié de venir ce soir. Le Parti Communiste est à vous. Et il sera ce que vous en ferez. Prenez-y le pouvoir, comme on dit, prenez-y toute votre place. Le Parti Communiste change. Il évolue, il s’adapte aux nouvelles conditions de notre temps. Il se renforce. C’est l’un des éléments les plus marquants et c’est même l’une des plus belles nouvelles du paysage politique français. C’est pour moi l’occasion d’appeler celles et ceux qui hésitent encore à le rejoindre. »

     

     

     

    Il y a actuellement 0 réactions

    Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.