Fédération de la Nièvre

Fédération de la Nièvre
Accueil
 

Hastag #pcf sur Twitter

le 10 juillet 2012

     
     
     

    Crise agricole : la loi Chassaigne doit être votée d’urgence !

    Le salon de l’agriculture se tient dans un contexte dramatique : le travail paysan qui apporte tant à notre pays, à la vie de nos campagnes et au développement de nos territoires est chaque jour davantage saccagé par des choix qui obéissent plus à l’appétit financier des grands groupes agro-industriels qu’à la satisfaction de l’intérêt général.

    Désertification des campagnes, suicides d’agriculteurs, travail à perte, lasagnes à la viande de cheval… de drames en scandales, l’agriculture française paie un lourd tribut aux logiques de prédation capitaliste et au libéralisme échevelé.

    Voilà le résultat de la « Loi de Modernisation Economique » de N. Sarkozy qui a laissé les mains libres à la Grande Distribution. Voilà le résultat de la « dérégulation » qui a supprimé par exemple les quotas laitiers. Voilà le résultat de la « main libre du marché », de la « compétitivité » et de l’alignement sur « le prix mondial ». Et l’avancée des négociations secrètes en vue de la signature de l’accord de libre-échange TAFTA annonce de nouvelles catastrophes humaines, sociales, sanitaires et écologiques dont notre bassin allaitant charolais a tout à craindre dans la Nièvre.

    Oui, il faut des prix rémunérateurs ! Oui, il faut des outils de régulation ! Ces exigences sont maintenant portées par l’ensemble du monde agricole, y compris par le puissant syndicat FNSEA qui a pourtant (tout en peinant encore à s’en défaire) accompagné pendant tant d’années les logiques libérales. 

    Depuis 2009, à plusieurs reprises le député PCF du Puy-de-Dôme André Chassaigne a déposé des textes sur cette question centrale du droit au revenu des agriculteurs. En décembre dernier, il déposait encore un texte visant à encadrer les marges de la Grande Distribution, en instaurant une conférence annuelle déterminant pour chaque filière des prix planchers payés au producteur, et un coefficient multiplicateur qui s’impose aux distributeurs. Ce texte de loi est disponible, il doit être voté d’urgence ! 

    Justement : la FDSEA de la Nièvre invitait, samedi dernier, les parlementaires, les conseillers départementaux et les responsables de partis politiques (c’est une première) à une rencontre, à Saint-Benin d’Azy, pour évoquer les difficultés de chacune de filières nivernaises.

    Pour le PCF, François Diot, Jean-Paul Pinaud et André Large avaient répondu à l’invitation.

    Ils ont pu mesurer combien l’exaspération et la détresse de nombreux agriculteurs (parmi la centaine de présents) peut conduire, dans un climat électrique, à des comportements populistes, de recherche de boucs-émissaires et de rejet « des élus ».

    Ils ont aussi pu, en développant les propositions portées par les parlementaires communistes, mesurer combien elles peuvent « faire mouche ». Pas étonnant : André Chassaigne a élaboré son projet de loi par une co-construction avec les organisations syndicales agricoles elles-mêmes.

    Quand de telles rencontres (considérées jusqu’ici comme improbables) sont rendues possibles, et qu’elles se traduisent, de part et d’autre, par de l’écoute, des désaccords, mais aussi des convergences et de l’estime, alors c’est qu’il se passe effectivement quelque chose de profond dans le pays.

    Oui, « le pays se cherche ». Comme le dit encore André Chassaigne dans l’Humanité de ce mardi, « il est grand temps que les organisations politiques et les organisations syndicales agricoles dressent des ponts pour contribuer à faire germer d’autres orientations ».

     

    Il y a actuellement 0 réactions

    Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.