Fédération de la Nièvre

Fédération de la Nièvre
Accueil
 

Hastag #pcf sur Twitter

le 10 juillet 2012

     
     
     

    Le 1er mai appartient aux travailleurs

    L'Institut CGT d'Histoire Sociale de la Nièvre témoigne :

    « La plupart des médias présentent le 1er mai comme la "fête du travail", la possibilité de faire un  "pont", la journée du muguet, une journée de détente … Mais pourquoi cette journée est à la fois une journée chômée, c'est à dire non travaillée, et payée ? (Si vous travaillez, vos heures de travail seront majorées à 100 %.) Cette journée a été imposée par les luttes des travailleurs, souvent durement réprimées !

    En 1889, les travailleurs de plusieurs pays et la CGT en France, ont décidé d'en faire une journée internationale de grève et de manifestations afin d’obtenir la journée de travail de 8 heures. L'églantine, symbole de la Révolution en devient le signe de ralliement. Depuis, le 1er mai est devenu journée  internationale de luttes revendicatives, de solidarité et de paix pour les travailleurs du monde. Ceux-ci manifestent, chaque 1er mai, dans plus de 140 pays.

    En 1947, une loi est votée inscrivant « le 1er mai férié et chômé » dans le Code du Travail, à l'initiative d'Ambroise Croizat, Ministre communiste du Travail et de la Sécurité Sociale. Depuis, le 1er mai n'a pas le statut des autres jours fériés. Il est un acquis de la lutte des travailleurs.

    Le 1er mai a connu des moments forts de grèves massives en 1891 avec les tués par l'armée à Fourmies (59),  en 1919 pour la journée de 8 heures, en 1936, en 1945... En 1968, après des années d'interdiction de manifester à cause des guerres d'Indochine et d'Algérie, la CGT décide de se réapproprier la rue. Elle a toujours appelé à manifester avec des moments forts comme en 2002.

     Depuis des années, le Medef, la droite et l'extrême droite  entendent disputer le 1er mai aux syndicats et aux travailleurs pour chercher à en en détourner le sens revendicatif. Déjà en 1941 Pétain subvertit le 1er mai pour en faire « la fête du travail et de la concorde sociale » tout en le déclarant chômé. Au plan symbolique, le muguet remplace l'églantine.

     En 2016, au moment où le gouvernement et le patronat au travers de la  « loi travail » remettent en cause les garanties et les  protections des salariés, manifester le 1er mai, ce jour si marqué de symbole de luttes, est essentiel ».

    Dimanche, défilés du 1er mai, à 10 h

    Nevers, devant la Bourse du Travail

    Clamecy, ancienne poste

    Decize, place Saint Just

    Cosne, devant la Poste

    à l’initiative des syndicats CGT, FO, FSU, Solidaires

     

     

    Il y a actuellement 0 réactions

    Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.